LA DIVERSITÉ


De nouveau à l'école Joseph-Moreau

 

La lutte contre la discrimination menée par l’Alliance Jeunesse-Famille de l’Alberta Society (AJFAS) auprès de la jeunesse à travers toute la province de l’Alberta continue à se poursuivre dans les écoles et dans les différentes communautés culturelles de la province. Pour clôturer l’année 2012, l’équipe de la caravane est allée présenter ses ateliers à l’école Joseph-Moreau le 11 décembre dans toutes les classes de 7ème année. Les partages des participants étaient tellement profonds que nous avons pu comprendre le défi qu’a l’AJFAS de travailler davantage sur la lutte contre la discrimination et la promotion de la diversité au sein de notre société. Avant chaque atelier, Mr. Marc Potvin, directeur de l’école, exhortait les élèves à faire preuve de discipline et de respect et à se sentir libre de demander la parole et s’exprimer librement tout en gardant un climat de respect de l’autre. Nous pouvons dire que Mr Marc Potvin n’avait pas prêché dans le désert. Ses conseils ont été suivis par tous les participants. «À bon entendeur, un mot suffit» dit-on. Coup de chapeau!

 

LES INNOVATIONS SONT IMMENSES

 

La caravane contre la discrimination vient d’instaurer une nouvelle notion dans la présentation de ses ateliers.Elle parle de l’intimidation qui est à « la une » actuellement dans les écoles et elle y introduit certains jeux pour illustrer ce comportement affreux de l’intimidateur et d’autres jeux qui visent à promouvoir l’intégration de tous. L’expérience à l’école Joseph-Moreau nous a permis de comprendre que les élèves se sentent beaucoup plus engagés lorsqu’ils participent directement aux activités ou aux jeux. Ils y découvrent facilement les méfaits de l’intimidation et l’avantage d’intégrer tout le monde dans le groupe.

 

LE RESULTAT EST POSITIF

 

Les animateurs de la caravane ont plus utilisé la méthode socratique de l’ironie et la maïeutique pour permettre à tous les participants de pouvoir interroger leurs consciences intérieures sur chaque acte posé et y trouver le pour et le contre. C’est dans le partage après les jeux que certains participants ont affirmé que les jeux les ont aidé à se découvrir et prendre conscience des actes posés dans le passé et ont pris une ferme résolution de ne plus refaire les mêmes erreurs. Cela est pour nous une très forte conversion et nous remercions tous les participants de leur ouverture d’esprit qui est un premier pas vers un vrai changement. L’AJFAS tient aussi à remercier Mr. Marc Potvin (directeur de l’école Joseph-Moreau) ainsi que tous les enseignants, les enseignantes et les autres adultes de l’école qui nous ont assistés durant nos ateliers.

 

Roger B. Fuamba,
Animateur de la Caravane 



La Caravane contre la discrimination a été reçue à l’école Père-Lacombe

 

L’équipe de la caravane contre la discrimination de l’Alliance jeunesse-Famille de l’Alberta Society était reçue aimablement à l’école Père-Lacombe les 27 et 28 novembre pour y présenter ses ateliers sur l’intimidation. Ces deux jours ont été un grand succès où les élèves ont fait preuve d’un esprit très ouvert par leur participation active. Toutes les classes étaient très interactives. Nous tenons à remercier Mme Adèle Amyotte, Directrice, ainsi que tout le personnel enseignant pour avoir bien préparé les élèves à l’arrivée de notre équipe au sein de leur école.

Les deux jours que nous avons passés à l’école Père-Lacombe ont permis aux élèves de comprendre l’importance de la diversité culturelle au Canada. Avec l’aide des animateurs, les participants ont pris un engagement pour l’éradication de l’intimidation, l’acceptation mutuelle malgré nos différences et la promotion de la diversité.

 

Nous remercions les enseignants et enseignantes pour leur collaboration dans la gestion de leurs groupes respectifs durant tous les ateliers. Ceci nous a facilité la tâche et a permis aux élèves d’être attentifs à nos présentations. Les jeux présentés sur l’intimidation et sur l’intégration ont aidé les élèves à exprimer leurs sentiments sur les conséquences de l’exclusion et l’avantage d’inclure l’autre dans notre groupe. Pour assurer la durabilité suite à la pertinence de ce programme, Mme Adèle Amyotte n’a pas hésité d’intégrer l’Alliance Jeunesse-Famille de l’Alberta Society (AJFAS) dans le calendrier de son école pour l’année qui vient.

Nous serons très heureux de retourner en novembre prochain (2013) dans la même école pour les prochaines présentations. L’AJFAS tient à remercier l’école Père-Lacombe de cette invitation et prie d’autres écoles de suivre ce bon exemple.

 

 Roger B. Fuamba,
Animateur de la Caravane  

 

 


 

La lutte contre les préjugés et la discrimination: Prêcher par l'exemple

 

Ne faut-il pas prêcher par l’exemple? À l’AJFAS, pour donner corps au message que la Caravane véhicule à travers les écoles de l’Alberta, un message de rapprochement des jeunes par une équipe mixte composée d’animateurs et d’animatrices. Ce fait a l’avantage de montrer aux jeunes que les filles et les garçons peuvent accomplir valablement les mêmes tâches, sans discrimination. Ce n’est déjà pas facile de composer une équipe mixte. La difficulté s’accroît lorsqu’en plus il faut la diversifier. Elle doit refléter la diversité de la population canadienne. Là est le plus grand défi auquel la Caravane fait face. Pour parler aux jeunes du sujet de la discrimination, il faut être soi-même convaincu de l’opportunité à promouvoir un monde sans discrimination, un monde où tous les êtres humains sont égaux. Ce serait un monde où on parlerait de l’espèce humaine, lorsqu’il s’agit des humains et où l’on évoquerait la notion de race lorsqu’il s’agit des animaux. La Caravane est heureuse de constater qu’elle commence à se faire des alliés. Le témoignage suivant est une confirmation de cette réalité:


Bonjour,
Mon nom est (…) et je suis intervenante pour le Projet ESPOIR à l’école publique Gabrielle-Roy. L’inclusion sociale étant un de mes objectifs quotidiens, je suis d’avis que « La Caravane contre la discrimination, offerte par l’AJFAS est plus que pertinente puisqu’elle vient combattre les préjugés de façon simple et efficace.  Le contenu se veut interactif et suscite la discussion chez les jeunes en étant centrée sur l’acceptation et la promotion des différences. Après avoir participé à « la Caravane contre la discrimination », la diversité apparaît clairement comme une richesse!  Monsieur Jidiri Ndagije en était l’animateur et le message donné m’apparaît essentiel dans un contexte scolaire qui reflète la diversité culturelle d’Edmonton.  Merci pour votre excellent travail!»

Mme Nicole de CIC et M. Luketa ont participé aux ateliers de la Caravane


 

S’il faut tout un village pour éduquer un enfant, la Caravane contre la discrimination vient de faire sa part : une série d’ateliers présentés déjà dans quelques écoles du Conseil Scolaire Centre-Nord. Faisant partie de ce village global dont il est ici question, la part de la Caravane dans l’éducation à donner à un enfant est celle de prévenir tous les maux que les préjugés et la discrimination peuvent causer si rien n’est fait à temps. Au regard des témoignages qui nous parviennent de la part des directrices et directeurs d’écoles, des enseignantes et enseignants, et même de personnes ressources affectées dans différents établisse-ment scolaires, la prestation de la Caravane, sous sa nouvelle configuration, est bien appréciée de nos collaborateurs. Les échos qui nous parviennent vont dans le même sens. Qui, de l’équipe de la Caravane, ne serait pas encouragé d’entendre, de la part des chefs d’établissements scolaires albertains, du personnel enseignant et des élèves eux-mêmes, des paroles encourageantes, comme: «C’est très bien, nous avons aimé ça!»; «Super! C’est excellent!»; «Sûrement que nous vous ferons venir une autre fois»; «Passez une autre fois»; «Vous avez amélioré beaucoup de choses.

La nouvelle Caravane est différente de celle que nous avons connue avant.

 

La formation de nos jeunes ne se limite pas uniquement à l’aspect purement scientifique. Il y a une autre dimension de la personne humaine qu’il est nécessaire de développer. La Caravane y a pensé, les écoles du Conseil Scolaire Centre-Nord aussi : arriver à doter au corps une âme saine. La sensibilisation aux valeurs humaines est un objectif essentiel que la Caravane s’est assigné. Cela ne veut pas dire que la dimension scientifique dans la formation de nos jeunes est à négliger. Mais, elle nécessite d’être complétée par une autre : la dimension humaine. Quoi de plus bon que de mener une vie paisible, les uns à côté des autres, dans une diversité au sein d’un Canada multiculturel où la dimension humaine ne constituerait pas une menace aux intérêts des uns mais plutôt une richesse. La Caravane contre la discrimination est heureuse d’avoir repris la présentation de ses ateliers aux jeunes des écoles du Conseil Scolaire Centre-Nord.


Cette reprise des ateliers a été rendue possible grâce au dia-logue constructif entre l’AJFAS et le Conseil Scolaire. Cette en-tente est profitable de part et d’autre, et surtout à nos jeunes qui apprennent à s’apprécier mutuellement. L’UNESCO en a fait le même constat: «Dans des sociétés multiculturelles de plus en plus complexes, l’éducation doit aider à acquérir les compétences interculturelles qui permettent de vivre ensemble avec – et non pas malgré nos différences culturelles». Rapport mondial de l’UNESCO sur la diversité culturelle (2009) ». Combattre les préjugés d’où qu’ils viennent et contribuer, petit à petit, à l’éradication de la discrimination sous ses multiples facettes restent le cheval de bataille de la Caravane. Une expertise extérieure dans la présentation des ateliers qui visent à faire tomber les préjugés et à combattre la discrimination sous toutes ses formes, est un complément éducatif appréciable dans les écoles. Il épargne au corps enseignant d’aborder des thèmes sur un sujet délicat, inconfortable pour certains, non prévu dans leurs charges horaires, au risque éventuel de se faire prendre à partie par un groupe ou une certaine catégorie des jeunes qui l’accuseraient de favoritisme ou de prise de position favorables envers tel ou tel autre groupe. La sensibilisation des jeunes sur un sujet aussi délicat que la discrimination est à l’avantage de ces derniers, étant donné que la Caravane apporte une expertise extérieure au curriculum de l’école. En tant que Coordonnateur de ce programme, j’estime que préparer les futurs décideurs de ce pays constitue un bon investissement pour la paix et l’harmonie dans nos communautés.

Par Ernest Éric Tundula

 


 

Rédigé par Justin Pabu

 

L’Equipe de la Ca-ravane de Calgary a eu un calendrier bien chargé depuis le début de cette année scolaire. En effet, dans le souci à la fois de promouvoir l’intégration sociale et de célébrer la diversité de leur population scolaire, des chefs d’établissements scolaires avisés ont pris les devants pour inviter la Caravane qu’ils considèrent, à juste titre, comme une alternative précieuse dans la prévention de l’exclu-sion et une solution efficace à l’intégration sociale. Il va sans dire que lorsque la direction d’une école s’implique réellement dans la promotion d’une culture d’inclusion et de cohésion sociale, la Ca-ravane, comme de la bonne graine semée dans une bonne terre, produit de bons fruits, à court et à long terme. C’est ce qui est arrivé à l’Ecole Le Ruisseau de Brooks, à Connaught Ele-mentary à Medicine Hat , Brooks Junior High, École Leduc Junior High School, Chestermere Lakeview Middle School où les élèves et les ensei-gnants accompagnateurs ont pu célébrer la diversité Albertaine et explo-rer les méthodes de lutte contre la discrimination.


Les participants ont été particulièrement sensibles à la méthode utilisée dans la Caravane. Les animateurs commencent toujours par expliquer le but de la Caravane qui est de promouvoir l’émergence des communautés apprenantes « accueillantes et sécuritaires » pour chaque élève, peu importe ses origines, sa culture, sa religion ou ses handicaps.... Ils insistent ensuite sur l’impact des relations interpersonnelles harmonieuses à la fois sur le climat général d’une école et sur le développement et la croissance de chaque élève. Par des jeux de rôles, ils montrent comment l’exclusion contribue à la diminution de l’estime de soi, à l’inhibition du potentiel qui est dans chaque élève et à la multiplication des tensions dans une école. En demandant par exemple aux participants de se regarder les uns les autres, ils les amènent dans un premier temps à découvrir leur diversité et dans un deuxième temps à la célébrer. En effet, la première évidence dans un tel exercice est la découverte de l’autre qui est différent par la taille, la cou-leur des cheveux, enfin par toute sa morphologie. Mais le but de l’exercice est surtout d’amener les participants à la découverte de ce qu’ils ont de commun : l’humanité et qui fait de chacun et de chacune un être unique, spécial et digne de respect. Par ces jeux de rôles, les animateurs engagent les participants à se mettre dans la peau des exclus, à vivre leurs émotions des exclus, à ressentir leur drame et partant, à développer l’empathie qui fait de nous des humains capables de dépasser nos points de vue et intérêts personnels, d’ouvrir les portes de nos coeurs et de nous accepter mutuellement.


Mme Nansha explique : « Nous commençons par faire prendre conscience aux élèves de la diversité de la Société Canadienne». Et à Justin Pabu de continuer : « Nous proposons ensuite aux participants de s’intéresser aux autres, de s’interroger sur leur identité culturelle, leurs besoins, leurs at-tentes, leurs aspirations, leurs difficultés et sur leurs limitations. Nous es-sayons d’amener les participants à percevoir les autres comme des alliés, des camarades et des amis potentiels, et non des antagonistes ». Et Ma-dame Tammy Rahn de Chestermere Lakeview Junior High de conclure: c’est une belle approche pour amener les jeunes à dépasser l’apparente contradiction de leurs différences pour s’aider et célébrer leurs différences et faire de leur école une « communauté accueillante » où chacun peut se sentir chez-soi, bien accepté et respecté. Dans toutes les écoles où l’Equipe de l’AJFAS Calgary est passée, un accent particulier était mis sur l’accueil des  nouveau-venus qui sont souvent perçus comme des étran-gers, comme des intrus, qu’ils viennent d’autres provinces du Canada, de l’extérieur du Canada ou d’un autre village de l’Alberta.


Lors des ateliers de Brooks, Chestermere, Leduc ou Medicine Hat, l’ambiance dans les écoles était à la fête. L’hospitalité du personnel de ces écoles était vraiment touchante et l’accueil des élèves chaleureux. Ceux et celles qui avaient d’abord eu de la réserve à inviter la Caravane venaient féliciter l’équipe de l’AJFAS et demander si des ateliers du même genre pouvaient être organisés pour leurs élèves. Des élèves eux-mêmes venaient dire merci à l’équipe pour leur avoir ouvert ces nouveaux horizons. À Medicine Hat, une enseignante qui parti-cipait à l’un des ateliers a insisté pour que la Caravane revienne pour les élèves de la Maternelle car, disait-elle, il importe de commencer cette conscientisation très tôt. La Caravane contre la discrimination est un projet dont l’impact ne saurait se mesurer en un jour. Et Citoyenneté et Immigration Canada qui a le souci de promouvoir l’intégration de tous et toutes dans la société Cana-dienne, n’a cessé de soutenir et de promouvoir la Caravane contre la discrimination.


Lors d’une réunion de l’équipe de Calgary avec certaines directions des écoles, il a été suggéré que l’AJFAS étudie la possibilité, d’utiliser le sup-port du spectacle et des productions artistiques pour continuer son travail de conscientisation. L’impact de la musique et des productions artistiques sur les enfants et les jeunes est incontestable. Peut-être qu’en utilisant ce support, la Caravane se doterait des atouts efficaces pour rendre son message encore plus percutant. Toutes les recherches sérieuses ont montré que l’exclusion est très dom-mageable tant pour les jeunes que pour la société. Elles ont aussi démon-tré la pertinence des approches préventives par rapport au problème de discrimination. Des jeunes exclus socialement dans leur communauté d’apprentissage sont un facteur d’aggravation des problèmes de délin-quance. Les écoles albertaines font des efforts considérables pour pro-mouvoir cette intégration et luttent contre toutes formes de discrimination. L’AJFAS, a pu célébrer la diversité culturelle dans les écoles comme Brooks Junior High, Le Ruisseau, Chestermere Lake Middle School, Leduc J.H., Cochrane H.S, Rainbow. Mais cette année, elle entend utiliser toutes les ressources disponibles pour poursuivre cette conscientisation dans les autres écoles de la région afin d’en faire, elles aussi, des communautés accueillantes et sécurisantes... 

 

 



Rédigé par Jidiri Ndagije

 

La Caravane de l’AJFAS voyage aussi loin que 180 km de la frontière nord de l’Alberta. Durant son voyage, la Caravane s’est arrêtée à l’école Saint-Joseph de Grande Prairie avant d’arriver à l’école The Spirit of the North Community School Vermillion, une école pour laquelle la santé mentale et le bien-être social des élèves et de toute la communauté passe au premier rang. C’est ainsi que le concours des circonstances a attiré le personnel de la dite école au kiosque de l’AJFAS lors d’une foire d’emploi organisée par l’université de l’Alberta.

 

La réponse de l’AJFAS ne s’est pas fait attendre pour accepter l’invitation à se rendre aussi loin que la ville de High Level à 1000 km d’Edmonton. Au total 10 ateliers s’y sont tellement bien déroulés que la directrice, Madame Anne Roberts, a choisi de célébrer la semaine en organisant une séance de lecture, par les professeurs, des textes reprenant les plaintes des élèves vis-à-vis des traitements de discrimination et d’intimidation telles que rapportés par les victimes. Pour clore la séance, un spectacle a été présenté par les finissants de l’école, lequel spectacle interprétait la tune de Bruno Mars dont le refrain encourageait les enfants à être qui ils sont peu importe ce que les autres disent qu’ils sont ou ne sont pas pour défaire leur estime de soi. Ces professeurs de l’école “Spirit of the North Community” lisent, à tour de rôle et à haute voix, les plaintes des élèves sur les actes de discrimination et d'intimidation qu’ils ont subis.

 

La Caravane à Sherwood Park À l’école Our Lady of Perpetual Help School, les ateliers ont été présentés dans la bibliothèque de l’école. Le message y trouva un écho favorable comme signe que le message de la Caravane est transmis aux oreilles attentives prêtes à en faire le relai tel que le prouve le témoignage de Lucille MacPherson de l’École Our Lady of Perpetual Help School de Sherwood Park qui, en remerciant l’équipe de la Caravane, écrit: «Je crois que les idées que vous avez présentées ont vraiment ouvert les yeux des élèves».    


 

Six nouvelles destinations  


Écrit par Héloïse Archambault-Lafontaine - Le Franco
 
La Caravane contre le Racisme et la Discrimination visitera six nouvelles régions de l'Alberta au cours de l'année scolaire 2007-2008. Peace River, Grande Prairie, Falher, Cochrane, Canmore et Lethbridge recevront la Caravane pour la première fois, ce qui porte le nombre de régions visitées par la campagne à 20. Seules les régions de Medicine Hat et d'Airdrie ne font toujours pas partie de la liste.

« Nous sommes très satisfaits de ces ajouts-là. Cela nous donne une base solide pour les années à venir. Nous devons bâtir avec la communauté francophone », a expliqué le coordonnateur principal de l'Alliance Jeunesse-Famille de l'Alberta Society (AJFAS), Luketa M'Pindou. Mais pour les années futures, nous visons plus que la communauté francophone. Nous allons tenter d'aller vers les écoles d'immersion, qui représentent entre 15 000 et 20 000 élèves. Les écoles francophones ne comportent que 5000 élèves. C'est donc une grosse étape. »

La caravane innove


La Caravane de la tolérance est mise sur pied par l'AJFAS pour une troisième année consécutive dans le but de promouvoir les échanges interculturels et lutter contre le racisme et la discrimination auprès des jeunes. Lors de la première édition, ce sont des animateurs québécois de la Fondation de la tolérance du Québec qui avaient fait la tournée des écoles albertaines, puisque le concept original vient du Québec.

Cela ne fait donc que deux ans que l'organisme albertain est en charge de tous les aspects de la tournée provinciale. Maintenant que l'AJFAS rejoint presque toutes les régions de l'Alberta, elle souhaite apporter certaines modifications dans sa façon de présenter le contenu éducatif en vue de la prochaine rentrée scolaire, en septembre 2008.

« Nous voulons innover dans la façon dont les animateurs vont présenter le sujet. Nous voulons qu'ils ajoutent une certaine valeur pédagogique au contenu, un peu comme des enseignants. Qu'ils pensent à une certaine méthodologie dans leur approche. Nous allons former nos deux animateurs dans cette optique-là », soutient-il.

Seul le coordonnateur Désiré Batumike s'occupe présentement de la tournée provinciale. L'AJFAS devra trouver un deuxième animateur d'ici septembre prochain. La formation à valeur « pédagogique » sera donnée par la Fondation de la tolérance du Québec. En ce qui concerne l'avenir, Luketa M'Pindou se dit confiant que la Caravane de la tolérance continuera de détenir une place importante dans leurs activités. « L'an dernier, c'était une période d'entraînement pour nous. C'était la première fois que nous nous occupions de tout. Nous voyons le progrès. Il va toutefois falloir apporter quelques modifications, comme cibler des semaines précises dans l'année ou des thèmes. Mais le but est toujours de démontrer ce que signifie vivre dans la diversité. »

La Caravane de la tolérance s'adresse aux élèves de la 4e à la 12 ième année des écoles francophones